Sélectionner une page

Multiplions les initiatives collectives en soutien à nos sœurs et frères Rroms

Les agressions violentes de ces derniers jours contre des personnes Rroms ou supposées dans des quartiers populaires d’une dizaine de villes de la région parisienne sont ignobles. Elles doivent être qualifiées et condamnées pour ce qu’elles sont : des passages à l’acte racistes inadmissibles, injustifiables et inexcusables. Le combat contre le racisme ne se divise pas, à moins d’être dans un antiracisme de façade. L’indignation ne se hiérarchise pas en fonction de l’origine des victimes, à moins d’être dans un antiracisme instrumentalisé. L’origine des agresseurs ne peut jamais amoindrir la gravité de la responsabilité, à moins d’être dans un antiracisme hypocrite.

D’ores et déjà on compte de nombreux blessés et la peur s’installe logiquement auprès de nombreuses sœurs et frères Rroms. La colère contre ces violences racistes doit aller de pair avec l’effort pour saisir leurs causes, et pour mettre en évidence les responsabilités directes mais aussi indirectes, immédiates mais aussi plus profondes. Depuis plusieurs années en effet, les Rroms sont l’objet de discours politiques et médiatiques culturalistes et stigmatisant conduisant à les construire comme figure du danger, de l’incivilité, de la saleté, etc. 

Depuis de toutes aussi longues années, des pratiques d’État et des politiques locales contribuent par la racialisation qui les sous-tend à banaliser l’objectif de la chasse au Rroms. De l’expulsion récurrente des campements, au refus d’organiser le ramassage des ordures ménagères de ceux-ci, en passant par la déclaration de Manuel Valls sur les Rroms n’ayant « pas vocation à rester en France », ce qui s’est banalisé ces dernières années c’est la légitimité de l’idée de se débarrasser des Rroms en les construisant comme barbares, sauvages et inhumains. C’est-à-dire comme bouc émissaire. Bien sûr, le message est généralement plus policé et plus euphémisé mais le contenu est bien celui-là. 

Mais l’urgence aujourd’hui n’est pas à l’analyse. Elle est à l’action immédiate. Nous appelons à la multiplication des actes de solidarité avec nos frères et nos sœurs Rroms.

Un rassemblement public contre les attaques anti-tsiganes se tiendra ce soir entre 19:00 et 20:00 devant la mairie de Saint Denis
https://www.facebook.com/events/438988076869336/

Nous devons aussi inonder les réseaux sociaux pour faire barrage aux rumeurs moyenâgeuses que certains s’évertuent sans arrêt à diffuser ces dernières semaines. 

La leçon que Frantz Fanon nous donnait à propos des juifs, est non seulement pertinente à propos de l’Islam et des musulmans comme l’a montré l’attentat islamophobe de Christchurch. Elle est également pertinente à propos des Rroms. On pourrait ainsi paraphraser Fanon comme suit aujourd’hui : « Quand vous entendez dire du mal du Rrom, tendez l’oreille, on parle de vous ! » 

Rroms , Noirs , Arabes , Juifs et habitants des quartiers populaires nous devons nous unir pour ne pas subir !